Collet Henry Bertrand

Henry-Bertrand COLLET

Ebéniste restaurateur Antiquités
Mobilier du XVIIe, XVIIIe, XIXe Courtier en objets d’art
Menuiserie en sièges Expert CNES*
Marqueterie – tabletterie

UNE BIBLIOTHEQUE DE L’EPOQUE LOUIS XIV .
MARQUETERIE BOULLE ESTAMPILLEE DE NICOLAS SAGEOT .
Reçu maître à Paris en 1706.

Une bibliothèque de forme rectangulaire au décor de marqueteries boulle sur fond d’écaille teintée rouge.
La marqueterie est réalisée suivant les dessins de l’ornemaniste Jean Berain. (1640 -1711).
Elle ouvre par deux portes grillagées et repose sur un socle en plinthe.
La corniche est marquetée et les cotés plaqués de bois teinté façon ébène.
Elle est estampillée de Nicolas Sageot à plusieurs reprises sur le plateau haut.
Possède ses étagères, une est postérieure. Quelques restaurations de menuiserie au dos.
Serrurerie authentique.
Travail de l’époque Louis XIV.

Ce meuble est très intéressant par sa sobriété, élégant et joliment décoré de marqueteries.
Un état de conservation authentique, seuls les collagènes sont cristallisés et doivent être restaurés.

Hauteur : 245cm
Profondeur : 46 cm
Largeur : 145cm.

Jean Berain nait en 1637, son baptême est attesté le 4 janvier 1640 à Saint Michel dans le Barrois .Il quitte sa région avec ses parents pour rejoindre Paris. Son père et son grand père sont arquebusiers.

Jean Berain avait le gout du dessin, apprend les techniques de l’eau forte. Il produit son premier recueil d’ornements qui sera édité pour les arquebusiers jusqu’en 1667 .Le second est destiné à la corporation des serruriers, il parait en 1662.
Reconnu pour ses qualités de graveur, il est nommé en 1675 dessinateur de la chambre et du cabinet du roi Louis XIV ; il accède au rang des principaux artistes de la cour .Sa mission est d’exécuter toutes sortes de dessins, de perspectives, de figures d’habits pour les fêtes et les comédies. Il a la fonction de dessinateur des jardins et celle de décorateur de l’opéra de paris auprès de Lully en 1680.
Son répertoire de dessins est fait de rinceaux ou se cachent des êtres fantastiques, des animaux en course, des oiseaux perchés et des masques grimaçants .Il puise les grotesques et les formes antiques en s’inspirant de la comédie d’el arte et des ornemanistes du XVI è siècle.
Il donne aux rinceaux d’acanthe de l’ampleur de façon à installer personnages et animaux. Il emprunte à l’école de fontainebleau cariatides, dais et corbeilles de fleurs. Il ajoute également singes, papillons, perroquets, libellules, écureuils et autres qui lui sont chers. La nature est désormais concurrencée par les roseaux, oliviers et pampres des fêtes dionysiaques.
Ses attitudes sont propices au rire.
Jean Berain est un ornemaniste, crée des modèles pour d’autres artisans, les témoignages se retrouvent dans la tapisserie des gobelins, la faïence en particulier à Moustiers .Les meubles en marqueterie d’écaille et de cuivre réalisés par André Charles Boulle et bien d’autres.